Ces 4 petites filles qui ont vaincu le cancer se sont réunies 3 ans après dans le même hôpital où elles étaient soignées

Parfois, ce sont les pires difficultés que la vie nous réserve qui donnent le plus de force et créent le plus d’empathie entre les personnes, au point de forger des relations indissolubles entre ceux qui sont confrontés aux mêmes souffrances.

Un enfant atteint d’un cancer est certainement l’une des circonstances les plus horribles que les parents et les enfants peuvent vivre. Faire face à une telle adversité est déjà difficile pour un adulte : imaginons ce que cela signifie pour un enfant, qui devrait avoir le droit de vivre insouciant et tranquille, et certainement pas dans une chambre d’hôpital.

Cette histoire met au centre quatre petites filles très spéciales, et montre que, même dans les pires difficultés, on peut trouver force, courage et joie avec le soutien de ceux qui nous entourent, en construisant des relations d’amitié merveilleuses et touchantes.

Lauren, McKinley, Ava et Chloe sont quatre petites filles de Floride qui, à l’âge de trois ans, ont été traitées pour un cancer au John Hopkins Children’s Hospital à Saint-Pétersbourg. Pendant la période très difficile de la convalescence, les quatre petites patientes ont connu des moments forcément difficiles.

Des situations au cours desquelles les traitements, les douleurs et la peur peuvent compliquer la vie quotidienne. Ainsi, le soutien de ceux qui vivent les mêmes problèmes devient fondamental et, comme seuls les enfants peuvent le faire, avec spontanéité et joie, ces quatre patientes ont établi entre elles un lien parfait.

McKinley, Lauren et Ava souffraient toutes de leucémie lymphoblastique aiguë, tandis que Chloé était traitée pour une forme rare de cancer du poumon. La première fois qu’elles se sont rencontrées, elles étaient toutes en cours de traitements les plus invasifs pour combattre leurs graves maladies. Ces traitements ont aussi conduit, bien sûr, à la perte de leurs cheveux.

Les mères des quatre petites amies ont remarqué avec étonnement et joie ce qui se passait. Selon Shawna, la mère de Lauren, c’est précisément le fait de partager les mêmes thérapies et le même aspect qui a déclenché une empathie particulière entre les quatre filles.

Pour elles, leur vie à l’hôpital – même si elle était forcée – était une situation de “normalité”, dans laquelle elles se reconnaissaient et se donnaient des forces.

C’était également le cas pour les mères, qui ont pu compter les unes sur les autres pendant la période difficile du traitement. Se confronter, s’entraider, savoir qu’il y a une autre personne qui éprouve exactement les mêmes sentiments et les mêmes peurs ne peuvent être que des éléments qui permettent d’avancer. Se renfermer dans la solitude, dans ces cas-là, est vraiment contre-productif.

Les ex-petites patientes ont maintenant toutes terminé leurs traitements, après avoir vaincu les pathologies qui avaient bouleversé leur sérénité. Pour célébrer leur victoire face au cancer, elles ont décidé de se retrouver au John Hopkins.

Trois ans après leur hospitalisation, elles ont pris la même photo de groupe qu’elles avaient prise pendant leur séjour. Et les différences sont évidentes, mais seulement dans l’apparence, car leur esprit joyeux et leurs sourires sont exactement les mêmes.

L’histoire de ces quatre copines montre combien il est important d’aider les autres, de se réconforter et de lutter avec détermination contre un “ennemi” commun. Bien que les difficultés de la vie aient été précoces pour elles, elles ont sûrement déjà compris qu’ensemble, et avec courage, elles peuvent surmonter même les pires moments.

Choucroute de la mer

Choucroute de la mer

Récupération : il transforme de vieux pneux en lits pour animaux