Comment bien choisir son assurance vie ?

Si tous les contrats d’assurance vie proposent une multitude de fonds ou un échantillonnage sélectionné des plus prestigieux, la performance réelle ne réside pas dans le choix du fonds lui même. Ce qui fait qu’un contrat assurance-vie devient un bon contrat ou non est déterminé par le montant des frais qui s’y rapporte.

1) Les frais de l’assurance vie

Frais de gestion :
Les frais de gestion sont importants : ils sont déduits annuellement sur le montant de votre placement. Ces frais viennent donc réduire la rémunération de votre placement

Frais d’arbitrage :
Des frais d’arbitrages vous seront imputés dès lors que vous changerez de supports ou unités de compte. Vous décidez de vendre un fonds pour en acheter un autre: vous paierez des frais d’arbitrages. À vous de connaître la fréquence d’arbitrages que vous souhaitez effectuer…

Frais sur les versements :
Les frais sur les versements sont les plus importants. C’est en effet une déduction directe de votre versement. Des frais de versement à 3% signifie que sur 1000€ versés, seulement 970€ seront placés… difficile d’avoir un bon rendement dans ces conditions… De plus en plus fréquemment, les assurances vie appelées « nouvelle génération » en ligne sur Internet, proposent des contrats assurance vie sans frais sur versements. Ces contrats ont de loin notre préférence.

2) Les fonds en euros

Comme tout épargnant averti, vous n’allez pas investir tout votre capital sur un fonds à risque. Le placement garanti passe par un fonds monétaire appelé fonds Euros. Certes, son taux de rémunération est assez faible mais les sommes placées sur ce fonds ne peuvent pas perdre de la valeur.

Il est donc important de vérifier que le fonds euros de votre contrat d’assurance vie soit accessible : peu de frais et un rendement honorable par rapport à la concurrence. Sachez que les frais viennent en déduction du rendement donc n’allez pas forcément vers les fonds euros proposant le plus fort rendement sans avoir au préalable retiré les frais…

Tous les calculs le montrent, les frais jouent le rôle le plus important sur la performance d’un placement sur le fonds euros d’un contrat assurance vie.

3) Les intérêts

Votre futur contrat d’assurance-vie doit vous rapporter de l’argent, le plus possible et non pas venir augmenter les bénéfices de votre banque ou établissement financier favori. Halte aux frais ! Certes, les nouveaux contrats assurance-vie proposent maintenant des frais très réduits, frais sur les versements notamment, mais attention, parfois les frais se retrouvent dans les frais de gestion.

Le critère de sélection le plus pertinent pour l’évaluation des frais d’un contrat assurance-vie est de calculer son rendement net : performance diminué des frais.

Toujours du côté des performances, notamment celles des fonds en euros (sans risque de perte de capital), il peut être utile de consulter les historiques des rendements antérieurs. Même si les performances passées ne préjugent pas des performances à venir, cela peut donner des indications sur la qualité de la gestion.

Notre comparatif d’assurance vie peut vous aider dans votre démarche en comparant les frais des différents contrats assurance vie du marché : accédez au comparatif assurance vie.

4) Stratégie d’allocation de l’assurance vie

Les contrats assurance-vie en euros (ne permettant d’investir uniquement sur un fonds euro) ne sont plus vraiment en vogue. Les contrats multisupports permettent d’investir aussi bien sur un fonds euro que sur fonds actions, obligataires ou profilés.

Mais l’expérience montre que les contrats d’assurance-vie monosupport, en euros, peuvent être plus rémunérateur que certains contrats multisupports.

Comme dans tous placements, le pire peut cotoyer le meilleur, multisupport n’est pas un gage de qualité par rapport au monosupport.

5) Les options des assurances-vie

Sur certains contrats d’assurance-vie les options de gestion sont proposées gratuitement. Sur d’autres assurances-vie, les frais de ces options de gestion peuvent prendre différentes formes : ils peuvent être prélevés sur les encours confiés, soumis à une tarification forfaitaire, ou encore des frais inhérents au montant arbitré peuvent être prélevés à chaque opération.

Les options que vous pouvez retrouvez dans une assurance vie :

  • Rééquilibrage automatique :
    Cette option de gestion permet de maintenir le choix d’origine de répartition de l’épargne qui a été modifié par les fluctuations du marché. Cette option de gestion présente l’intérêt de céder les plus values des supports qui performent et de réinvestir sur les supports ayant les moins valorisés.
  • Dynamisation des plus values du fonds en euros :
    Les plus values générées sur le fonds euros sont transférées automatiquement sur les supports en unités de compte. Le capital restant sur le fonds en euros reste ainsi préservé des aléas des marchés financiers.
  • Investissement progressif :
    Cette option de gestion permet d’investir progressivement sur les marchés financiers. L’investissement progressif évite d’investir massivement à un mauvais moment. En effet, cette option de gestion permet de lisser dans le temps les fluctuations des marchés. Cette stratégie permet, à partir d’un versement sur un support à orientation dite « prudente » (c’est-à-dire un support d’origine assimilable à un fonds monétaire, fonds euros…), d’arbitrer selon une périodicité choisie vers un ou plusieurs supports à orientation plus « dynamique ».
  • Sécurisation des plus values :
    Dès que les plus values ont atteint un certain seuil sur un support « dynamique », les intérêts sont arbitrés vers un ou plusieurs supports sécurisés tels que le fonds euros, le fonds monétaire…
  • Sécurisation progressive de l’épargne :
    Cette option de gestion permet une sécurisation du capital et de faire évoluer l’allocation d’actifs en fonction d’une grille préétablie.

Conclusion
La règle la plus basique de l’épargnant : « Ne jamais mettre tous ses oeufs dans le même panier ». Cet adage est aussi valable pour les contrats d’assurance-vie. Chaque épargnant peut ouvrir autant de contrats assurance-vie qu’il souhaite, alors pourquoi ne pas en profiter, et faire jouer la concurrence ? L’épargnant choisira non pas un, mais plusieurs contrats assurance-vie limitant ainsi les risques. Quelques contrats d’assurance-vie proposent plus de 500 fonds, d’autres pas plus d’une dizaine.

Ce qui compte est encore la diversité des gestionnaires de fonds (afin de toujours limiter les risques), et l’accord avec votre orientation d’investissement. Si vous ne souhaitez investir que sur 3 à 4 fonds différents, un contrat vous proposant 500 fonds sera inadapté.

Comment choisir son assurance habitation ?

Comment choisir son assurance voyage ?